GRAVURE





Il y a toujours une heure qui penche
Ici, la nuit s'appuie aux corps actifs
Comme une paume sur un front trop chaud
Et c'est cette heure-là
L'irruption amorphe des doutes et des envies
Le doux des anciennes pertes, celui des besoins aussi
Tout ça réclamant sa part
On ne l'a pas
On s'écoute bruire en tous sens
Une heure affaissée
Où tout le limon de toutes les heures sert de sol
Et l'on sait qu'on marche sur ce qu'on a tu

S'étale vers l'avant, la lumière le perce
L'effort répété, l'effort incessant
L'effort brutal à l'extrême de ce silence
  Une heure où ce qui aurait dû se gagner en distance
L'espace proprement creusé de l'expérience
L'espace courbe de l'expérience
Ce qui aurait pu s' éparpiller dans le mortier du cynisme
Qui peut s’appeler le seul savoir
La belle solidité tragique du savoir
Cède d'un coup sous la soudaine remontée de l'inutile
Celui de tant d'autres savoirs perdus
Leur souvenir
Un souvenir : la tiède effronterie de la promiscuité




 2013